Viernes 3 de Julio de 2020
El portal de la papa en Argentina
-2.38%Variación precio
puestos MCBA
  • Cielos nubosos con lluvias débilesBalcarceBuenos Aires, Argentina
    - 11°
  • Cielos despejadosVilla DoloresCórdoba, Argentina
    - 18°
  • Cielos despejadosRosarioSanta Fe, Argentina
    - 15°
  • Cielos nubososEstacion UspallataMendoza, Argentina
    - 10°
  • Cielos despejadosCandelariaSan Luis, Argentina
    - 18°
  • Cielos nubosos con lluvias débilesChoele ChoelRío Negro, Argentina
    -
  • Cielos despejadosSan Miguel de Tuc.Tucumán, Argentina
    - 19°
Ampliar
 Buscador de Noticias
Europa 30/06/2020

Argelia: Pomme de terre: nécessité d’augmenter le rendement à plus de 40 tonnes à l’hectare

ALGER- L’Algérie compte développer la culture intensive de la filière pomme de terre en augmentant les rendements au-delà de 40 tonnes à l’hectare, …

...contre 35 tonnes actuellement afin de répondre à la demande locale croissante a affirmé mardi à Alger le directeur général de l’Institut technique des cultures maraîchers et industrielles (ITCMI),Toufik Kestali.

"Malgré le niveau de production appréciable qui dépasse actuellement les 5 millions de tonne par an, les quantités devraient augmenter davantage afin de répondre à la demande locale qui devrait accroître dans les dix prochaines années en raison de la croissance démographique", a expliqué M. Kestali, en marge d’une journée technique sur le développement de la filière pomme de terre tenue au siège de ITCMI à Alger.

Outre les variétés de pomme de terre destinées à la consommation, M. Kestali a fait savoir que son institut développe également des variétés destinées aux industriels. Le directeur de l’institut a souligné par ailleurs la nécessite de sensibiliser les agriculteurs de la filière sur l’intérêt de développer la culture intensive pour optimiser les rendement à moindre coût en utilisant l’irrigation goutte à goutte et les techniques de fertilisation.

Selon ses propos, "ces techniques de production sont les plus appropriées par rapport à notre climat, contrairement à la culture extensive qui nécessite la mobilisation d’importantes surfaces agricoles, des intrants et des ressources hydriques plus conséquentes.

Actuellement, le coût de production à l’hectare se situe entre 800 milles DA et 1,2 million de DA pour une production évaluée en moyenne à 35 tonnes, a-t-il avancé. Un investissement qu’il juge important pour un rendement qui n’est pas très rentable pour les agriculteurs de la filière.

"Pour optimiser le rendement, il est impératif de suivre l’itinéraire technique de la production depuis le choix des variétés jusqu’à la récolte, en passant par le choix des fertilisants, la préparation des sols, les techniques d’irrigation et la protection phytosanitaire", a-t-il recommandé.

Lire aussi: L’Office de développement de l’agriculture industrielle dans les régions sahariennes bientôt opérationnel

Abondant dans le même sens, le représentant du partenaire privé de l’ITCMl, également spécialiste agronome, M. Farouk Slimani, a insisté sur le choix des engrais organiques bio au lieu de l’utilisation irrationnelle des engrais chimiques.

A ce propos, il a assuré que l’expérimentation de vingt variétés de pomme de terre de consommation et industrielle  a permis d’augmenter le rendement à l’hectare de 40% grâce à l’utilisation d’engrais organiques produits localement à partir de résidus issus de l’extraction d’huile végétale.

Slimani a également insisté sur l’intérêt de l’irrigation goutte à goutte qui permet d’augmenter le rendement de façon substantielle, tout en favorisant la fertilisation.

Selon les organisateurs, cette journée technique qui a regroupé plusieurs acteurs de la filière, s’inscrit dans le cadre de l’appui technique aux programmes de développement de la filière pomme de terre dans ses trois segments : consommation, transformation et exportation.

La stratégie du secteur table sur l’organisation des professionnels de la filière autour des programmes ciblés dans ces trois volets.

Pour améliorer les semences adaptées aux besoins des opérateurs, lTCMI a mis en place un programme de développement des semences de pomme de terre in vitro (activité expérimentale) destinée à la transformation.

Le secteur dispose également d’un centre national de contrôle des semences qui contribue à l’homologation des variétés.

Pour le ministère de l’Agriculture et du développement rural, la transformation et l’exportation de ce féculent, cultivé désormais sur tout le terroir national et pendant toute l’année, s’avère aujourd’hui nécessaire pour valoriser la production et créer de la valeur ajoutée pour l’économie nationale.

Fuente: http://www.aps.dz/economie/106546-pomme-de-terre-necessite-d-augmenter-le-rendement-a-plus-de-40-tonnes-a-l-hectare


Te puede interesar